Ca faisait un moment que je cherchais à voir un film de Rob Zombie et j'ai réussi à me trouver ce Devil's Reject sorti en 2005.


images3


(Rob Zombie)

A savoir que je connais d'abord Rob Zombie de par son groupe WHITE ZOMBIE (référence au premier film de morts vivants tourné par Victor Halperin en 1932) et de par leurs clips glauques. Le groupe jouait alors une forme d'indus sympathique puis Rob Zombie a fait une carrière solo dans le même genre de musique, courronnée de succès. Mais ce n'est, à vrai dire, pas son gromelo scandé sur des riffs lourds qui m'avait accroché à l'époque, mais plutôt ses drôles de clips, genres d'hommages aux séries Z des années 60 et 70.


Eh bien, c'est apparemment sur cette voie que s'est lancé le mister Zombie avec ce film hommage, non plus aux séries Z débiles mais aux grands classiques du sadisme des années 70 qui étaient les débuts de réalisateurs déjantés comme Tobee Hooper (Massacre à la tronçonneuse) ou Wes Craven. Réalisateurs qui, aujourd'hui, ne tournent que de belles daubes que je ne citeraient pas...


images


Voila donc, me semble-t'il, le point de départ du cinéma de monsieur Zombie.
Le résultat est époustouffllant de ce sadisme visuel où tortures riment avec tripes bien rouges. Le rendu de l'image donne cet effet bien glauque du 16mm des films des réalisateurs cités plus haut, avec son côté DV numérique bien moderne. J'aime beaucoup en tout cas.


Quant au scénario, il est assez minimaliste quant à lui : un schériff se prend pour l'ange rédempteur et traque une famille de tueurs sadiques. D'ailleurs, l'esprit Hooper-Craven y est puisque le réalisateur ne prend jamais parti pour les uns ou pour l'autre, filmant plutôt complaisamment les regards déjantés de tous au moment du forfait...


images2


Par contre, et c'est là où le bas blesse, le montage est simple mais parfois trop répétitif voire saoulant à la longue s'attardant au ralenti maintes fois sur les mêmes personnages au moment de l'agonie. Une fois était nettement suffisante pour qu'on comprenne où le réalisateur voulait en venir.


Pour le reste, j'attends de voir ses autres films pour me faire une idée de son travail. De plus, le sieur Zombie évoluera donc mon avis aussi.

anarchy_1

Amicalement