La culture au ras des Klaquettes

21 janvier 2008

Pagny chante Brel

Bon ! Au départ, je ne suis pas fan des produits de consommation comme Florent Pagny, mais je me suis risqué à écouter son dernier album "Pagny chante Brel".


images


J'avoue aussi que le titre m'a quelque peu attiré, aimant beaucoup le répertoire de Jacques Brel.

Resultat des courses : Pagny s'essaye un peu trop à chanter comme Brel mais je citerai quelques morceaux tout de même qui pêchent de par un côté péchu justement :
"la chanson de Jacky", version accelérée de celle de Brel vaut le détour, "Vesoul" aussi est plutôt sympa.

Pour le reste, pas trop de surprise et bien que Pagny soit un très bon interprète, le reste de l'album est à mon goût peu intéressant et "chez ces gens là" ne vaut pas l'excellente version de Noir Désir éditée sur la compilation faite en hommage au chanteur belge.
Et "Au suivant", qui est déja une superbe chanson, n'apporte rien de plus à un album de reprises qui me fait me demander si, un jour, Pagny, se mettra à composer lui-même.
Ouaif...

Posté par trapard creteux à 21:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


19 janvier 2008

Le dernier crépuscule

C'est la deuxième pièce de Pierre Gope que je lis et comme à la fin de la première, j'ai refermé mon bouquin en ne prononçant que le doux mot de : "putain !".

images

(Pierre Gope)

En effet, je n'en reviens pas à chaque fois de revenir à ma réalité après m'être plongé dans une culture kanak écrite de dedans et n'hésitant pas à tout bousculer. Le premier sur lequel j'été tombé, "Où est le droit ?" m'avait déja bien bousculé, abordant en l'espace de peu de pages, un grand nombre de thèmes qui sont le reflet d'une société (assez marginalisée) qui se questionne sans cesse.

 

Des questions, il y en a des masses et des masses qui se posent au fil des lectures ou des représentations des pièces de Pierre Gope, sans donner de réelles réponses, mais le questionnement n'est-il pas une ouverture que l'auteur donne à ses lecteurs ?

 

Pour ce qui est du "dernier crépuscule", on aborde des sujets plus "actuels" (médiatiquement parlant) puisqu'il s'agit du droit à la terre dans le milieu kanak et de la construction d'usine minière.

 

Ce qui me plait dans ce bouquin, c'est que Gope évite les visions minimalistes et simplistes en nous plongeant dans la profondeur d'une société qui se divise entre l'égo des uns et le refus de perdre une culture des autres.
Mais moi-même, je minimalise, alors je vous conseille plutôt de lire "le dernier crépuscule" et même les autres pièce de l'auteur...

anarchy_1

Amicalement

Posté par trapard creteux à 02:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

The Devil's Reject

Ca faisait un moment que je cherchais à voir un film de Rob Zombie et j'ai réussi à me trouver ce Devil's Reject sorti en 2005.


images3


(Rob Zombie)

A savoir que je connais d'abord Rob Zombie de par son groupe WHITE ZOMBIE (référence au premier film de morts vivants tourné par Victor Halperin en 1932) et de par leurs clips glauques. Le groupe jouait alors une forme d'indus sympathique puis Rob Zombie a fait une carrière solo dans le même genre de musique, courronnée de succès. Mais ce n'est, à vrai dire, pas son gromelo scandé sur des riffs lourds qui m'avait accroché à l'époque, mais plutôt ses drôles de clips, genres d'hommages aux séries Z des années 60 et 70.


Eh bien, c'est apparemment sur cette voie que s'est lancé le mister Zombie avec ce film hommage, non plus aux séries Z débiles mais aux grands classiques du sadisme des années 70 qui étaient les débuts de réalisateurs déjantés comme Tobee Hooper (Massacre à la tronçonneuse) ou Wes Craven. Réalisateurs qui, aujourd'hui, ne tournent que de belles daubes que je ne citeraient pas...


images


Voila donc, me semble-t'il, le point de départ du cinéma de monsieur Zombie.
Le résultat est époustouffllant de ce sadisme visuel où tortures riment avec tripes bien rouges. Le rendu de l'image donne cet effet bien glauque du 16mm des films des réalisateurs cités plus haut, avec son côté DV numérique bien moderne. J'aime beaucoup en tout cas.


Quant au scénario, il est assez minimaliste quant à lui : un schériff se prend pour l'ange rédempteur et traque une famille de tueurs sadiques. D'ailleurs, l'esprit Hooper-Craven y est puisque le réalisateur ne prend jamais parti pour les uns ou pour l'autre, filmant plutôt complaisamment les regards déjantés de tous au moment du forfait...


images2


Par contre, et c'est là où le bas blesse, le montage est simple mais parfois trop répétitif voire saoulant à la longue s'attardant au ralenti maintes fois sur les mêmes personnages au moment de l'agonie. Une fois était nettement suffisante pour qu'on comprenne où le réalisateur voulait en venir.


Pour le reste, j'attends de voir ses autres films pour me faire une idée de son travail. De plus, le sieur Zombie évoluera donc mon avis aussi.

anarchy_1

Amicalement

Posté par trapard creteux à 01:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2008

Alexis HK - 4 albums + 1 live officiel

J'avais découvert ce groupe français, en écoutant la compilation du CIRC, "Libérez Marie-Jeanne" avec l'excellent morceau "C'que t'es belle quand j'ai bu".
Après quelques recherches, j'ai "dégoté" 4 excellents albums sortis de 1997 à recemment et un très bon live.


images


"Anti-héros Notoire", "Belle Ville", "L'Homme du Moment", "De ne pas bouger" et "C'Que t'es belle en live".


A part le premier album, assez dans la veine alternative française mais déja superbement écrit, les albums suivants se rapprochent plus de la chanson française de qualité qui n'a rien à envier aux "grands".


images2


Pour ma part, excepté le morceau archi-connu que m'a fait découvir la compil du CIRC, j'en citerai certains comme "chien de vieille", "Foutons-lui la paix" ou encore de belles histoires humaines tels "Gaspard", "Le Ringard", "Mitch", "Son Histoire", "La Femme aux Mille Amants", "L'Homme du Moment", "Juste une Fois", et j'en passe...


Enfin de bons moments passés en la compagnie d'Alexis HK que je conseille à ceux qui ne connaitraient pas du tout et curieux de textes bien écrits.

anarchy_1

Amicalement

Posté par trapard creteux à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]